Catalogue présentation
Plus près de nous

La planche 160 des albums De Croÿ (1610), montre une vue de Tortequesne prise de l'Ouest.

    • Description complète de la miniature De Croÿ


La miniature est traversée par la route venant de Bapaume, Lécluse (à droite) et se dirigeant vers Douai (à gauche) ; le dessinateur a réduit à une courbe les virages plus prononcés du chemin. Sur un étang de la Sensée, à l'aide d'un grand filet, des pêcheurs sont à l'oeuvre. Le village d'une dizaine de maisons dont deux de briques est bâti de part et d'autre de la route. L'auberge, une des deux constructions en briques, est marquée par son enseigne. Le château de briques est couvert de tuiles. Sa ferme autour d'une cour rectangulaire, possède un haut portail d'entrée et sans doute un pigeonnier. A gauche, la chapelle, Tortequesne, secours de Bellonne, n'avait pas d'église paroissiale.
L'aspect des lieux s'est complètement modifié depuis le temps ou Adrien de Montigny les a visités : les étangs ont été asséchés, le château a disparu et les destruction des guerres et du temps ont entraîné la reconstruction du village.

Il n'y avait avant la révolution qu'une chapelle fondée par les seigneurs de L'Ecluse et qui dépendait du diocèse de Cambrai ; elle servit d'église paroissiale à Bellonne, lorsque l'église de cette commune fut détruite par les alliés en 1710.
L'église actuelle, paroisse St Martin, fut bâtie en 1827, aux frais de la commune et grâce à la générosité de Madame la marquise de la Rianderie

Anecdote : Un tortequesnois, grognard de Napoléon :

Dubois Louis est mort en 1874 à l'âge de 84 ans, cultivateur à Tortequesne, rue de Sailly (habitation actuelle de M. et Mme Jean Caron) ; il serait donc né en 1790 pendant la révolution. C'est son frère plus âgé qui a été appelé par Napoléon à l'âge de 20 ans, vers 1809; mais c'est Louis, plus jeune frère qui est parti à sa place. Il n'aurait pas donné signe de vie à sa famille pendant sept ans; pourtant il savait lire et écrire puisqu'il était caporal au 67ème Régiment de ligne dont il a suivi les campagnes. Il serait revenu de Russie à pied en faisant des petits boulots pour survivre sur la route.
Napoléon 1er à l'île d'Elbe, Louis XVIII devenu Roi de France le décora de la "Fleur de Lys" à Nîmes le 20 octobre 1814 où le 67ème Régiment de Ligne était cantonné.
Napoléon 3, honorant le voeu de son illustre oncle décora Louis Dubois de la médaille de Ste Hélène (décret du 12/08/1857).

La Voix du Nord du 28 février 2010 a retracé son histoire ICI

Focus : Salle polyvalente du Mont Bédu


Notre salle polyvalente est désormais opérationnelle. Pour plus d'informations cliquez ICI

Dans la même rubrique