Catalogue présentation
La période moderne

Rasée à 80% lors du premier conflit mondial de 14/18, la commune possède la Croix de Guerre qui orne le monument aux morts. 

Voir la page sur le centenaire de la 1ère guerre mondiale réalisé par M. REYMBAUT Jean-Pierre ICI.

Voir les destructions:


En effet, lignes arrières allemandes du dispositif Hindenbourg, le terroir a gardé trois blockhaus et de nombreuses sapes pas toutes connues. Même si les découvertes s'espacent de nombreux obus et engins explosifs, explosés ou non, de cette époque ont été remontés la surface lors des travaux agricoles ou de chantiers. La ligne de front, non loin de là s'étirait près de Roeux.

Après la seconde guerre mondiale, la vente "des communaux" du marais du Pont d'Adon, par la famille de Baillencourt dit Courcol à M. L. reste perçue par les tortequesnois comme une spoliation; Mais la commune ne possédait aucun titre de propriété sur ces biens et n'a pu défendre ses droits éventuels. Sans doute les villageois ont - ils confondu le droit d'usage collectif dont ils jouissaient et le droit plein et entier de propriété dont la famille de Baillencourt dit Courcol s'est prévalue. On raconte que le maire de l'époque, M. GODIN s'était même rendu, à vélo, à la préfecture pour essayer de faire valoir les droits de la commune. Mais ce point reste controversé, le différent ayant débuté en 1931 sous la mandature de M. STIENNE. La prescription trentenaire étant échue, cet épisode fait donc aujourd'hui partie de l'histoire locale.

L'histoire récente du village est surtout marquée par le développement de l'agriculture intensive, l'assèchement des sols qui a entraîné de nombreux travaux de reconfiguration plus ou moins heureuse du réseau hydrographique. La réouverture d'un ancien lit de la rivière et la création d'un étang, décanteur avant les marais de Lécluse/Tortequesne/Hamel datent des années 90.

Le 3 février 1992, à Lécluse a enfin été signé, à la grande satisfaction des maires de ces trois communes, M. Cambray, Martin et Halle, le contrat de rivière, fruit d'une opiniâtre volonté intercommunale et de l'engagement d'élus comme Marc Dolez, député du nord premier porteur du dossier. Le S.A.G.E de la Sensée est aujourd'hui piloté par M. Beauchamp, conseiller général du Nord, et englobe l'ensemble du bassin versant de la Sensée.

 

Focus : Salle polyvalente du Mont Bédu


Notre salle polyvalente est désormais opérationnelle. Pour plus d'informations cliquez ICI

Dans la même rubrique